La Fresque du Climat, vous connaissez ?

Nous avons tous eu l’occasion ces dernières semaines d’apprécier le degré d’urgence et la gravité des conséquences du dérèglement climatique : incendies, inondations et sécheresses ont hélas rythmé l’actualité estivale européenne et mondiale. 

 Dans le même temps, l’équipe de la Direction de l’innovation Lefebvre Sarrut se réunissait le mois dernier pour réfléchir pendant trois heures aux enjeux du dérèglement climatique. 

Notre conviction de départ chez Lefebvre Sarrut est que les jeunes générations d’aujourd’hui, autrement dit les citoyens de demain, afficheront une vigilance et des préoccupations croissantes en matière de responsabilité environnementale, lesquelles se traduisent nécessairement en droit, mais aussi sont assurées de durablement modifier les usages, les habitudes de consommation, le recours au numérique.

Savoir, c’est pouvoir

Quel rapport avec l’édition juridique ? En quoi l’urgence climatique résonnerait-elle avec les travaux de recherche et les projets d’une équipe d’ingénieurs et d’innovateurs de l’accès au droit ?

Poser la question, c’est oublier que le droit est par essence une réponse et un moyen de remédiation des problématiques nouvelles qui traversent la société. Acteurs, producteurs et facilitateurs du droit doivent à l’évidence se saisir au plus tôt de ce défi majeur de notre siècle naissant. 

La loi Climat et résilience vient d’être promulguée et pose enfin quelques nouvelles exigences qui visent à changer nos habitudes de consommation et d’équipement. Bruxelles travaille aussi sur un Pacte vert européen.

Sans attendre de nouveaux dispositifs, le droit positif contient déjà les ressources et les instruments pour répondre à ces défis. Comment les citoyens, les entreprises, les professionnels du droit qui les accompagnent et les conseillent peuvent-ils intégrer ces solutions à leur réflexion, à leurs pratiques ? 

Du côté de la société civile, les juristes se sont activement mobilisés : on peut convoquer par exemple des initiatives comme Notre affaire à tous qui travaille sur la justice climatique depuis 2015 et avait organisé avec d’autres ONG l’Affaire du siècle, ou plus récemment Intérêt à agir : un collectif qui prend le parti de s’attaquer en profondeur à des problématiques environnementales concrètes pour en explorer les résolutions possibles sous l’angle du droit et de la régulation.  

Ces initiatives rejoignent d’autres manifestes et prises de position médiatisées comme Pour un réveil écologique, appel de quelque 32000  étudiants à ce que les entreprises, leurs futurs employeurs, s’engagent dans la transition écologique.

Des cartes, des flèches et beaucoup de questions

Pour mieux appréhender les phénomènes à l’œuvre, nous nous sommes ainsi retrouvés autour d’une fresque du climat. La fresque du climat, c’est un atelier créé par Cédric Ringenbach en 2015 à partir des rapports du GIEC et promu depuis maintenant trois ans par une association du même nom qui intervient auprès de publics très divers, écoles ou entreprises, avec pour objectif de sensibiliser 1 million de personnes à l’urgence climatique. Lequel million, par essaimage, pourrait à son tour “évangéliser” son entourage, et contribuer ainsi à une prise de conscience collective, et enclencher un changement significatif de nos comportements.

Benoît Rolland de Ravel animait notre atelier. Ce qu’il faut savoir, c’est que la Fresque du climat, l’asso, vous dépêche le profil ad hoc pour le public de l’atelier envisagé. Benoît a passé le CAPA et a été un temps juriste à la direction juridique d’EDF ; il se concentre désormais sur la transition écologique et sur les moyens d’amener les organisations (entreprises, administrations, écoles, etc.) à prendre le virage en question. 

Un atelier fresque du climat s’articule en trois temps : 

  • un temps pour identifier, en équipe, les forces et les éléments à l’œuvre,
  • un temps pour établir, en équipe, des connexions entre ceux-ci, autrement dit des liens de cause à effet qui permettent d’appréhender la problématique comme jamais, pour la plupart d’entre nous (même ceux qui pensaient suivre le sujet de près), 
  • un temps, individuel, pour imaginer quelles solutions inventer, quels changements opérer pour faire face sans tarder et tenter de changer le cours des événements.  

La réflexion étant collective, le format est idéal pour apprendre en peu de temps une belle densité d’informations, objectiver ce que l’on sait ou pense savoir, dévoiler d’autres dimensions sur le phénomène du dérèglement climatique et permettre d’en embrasser toutes les manifestations, et de de comprendre finement le drame qui se joue. On saisit comment ces éléments conjugués contribuent au dérèglement climatique et avec quelle variété de conséquences.

De loin en loin, des ressources statistiques sont aussi partagées, qui achèvent de sensibiliser à la dimension collective et sociétale de la transition.

Un moment de vérité

L’atelier agit aussi sur la durée, car sur notre échantillon de participants, tous ont dit avoir intégré profondément cette réalité. Ceux d’entre nous qui étaient déjà bien sensibilisés (ayant par exemple lu les rapports du Giec !) se sont trouvés encouragés à en parler de manière plus impactante encore que par le passé. Pour d’autres, ce fut le début de discussions nouvelles avec leurs proches sur les choix de vie, de consommation. Le quotidien en entreprise est aussi concerné ainsi que les choix technologiques, et chacun se retrouve à mesurer l’impact de ses habitudes, de ce qu’il estime aligné avec ses valeurs et ambitions personnelles, de ce qu’il définit comme des bonnes pratiques.

En résumé, l’atelier La Fresque du Climat est un excellent moyen :

  1. de partager un référentiel commun (fondé sur les travaux du GIEC) sur les causes et conséquences du dérèglement climatique ;
  2. d’enclencher une dynamique collective autour de la transition écologique de son organisation.

Si vous aussi êtes intéressés par l’expérience Fresque du Climat… en tant qu’entreprise, vous pouvez contacter directement Benoît pour plus d’informations ou vous rendre sur la page dédiée de l’association Fresque du Climat.

Retour haut de page